DJ SetRencontre

Jeudi

22 novembre

18h > 23h

Sodassi : la voie à six voix

Palestine Musique

Sodassi est un sextet. Rasha Nahas, Sama Abdul Hadi, Ayed Fadel, Youma Saba, Dina El Wedidi et Maya Khaldi, musicien.ne.s de Palestine, du Liban et d'Egypte, nous parleront des conditions dans lesquelles elles/ils œuvrent pour produire une polyphonie aux résonnances à la fois classiques, populaires et contemporaines. Cette rencontre est animée par Kamilya Jubran. A l'issue de cet échange, Sama Abdul Hadi vous transportera dans son univers électronique. 

Avec le projet Sodassi, l’association Zamkana a l'intention de promouvoir une autre image de la scène culturelle arabe. Compte tenu d’une absence de structures de soutien à la création artistique et de programmes d'accompagnement des projets artistiques dans ces pays, Zamkana propose d'offrir aux artistes une alternative professionnelle de qualité. Kamilya Jubran, directrice artistique de l'association, a réalisé bénévolement des ateliers de musique dans quelques villes du Proche-Orient entre 2014 et 2016. Dans sa démarche de maintenir des liens avec la jeune génération de musiciens arabes, elle constate leur isolement. Les six musiciens du projet Sodassi ont rencontré Kamilya Jubran à l’occasion de ses ateliers. Chacun a attesté de son talent, de sa curiosité, de son désir d’approfondir sa recherche musicale, sa volonté de mettre à l’épreuve ses capacités et son désir de travailler avec Kamilya Jubran.

 

Sodassi sera une invitation à la réflexion.

Sodassi sera l'expression de cette quête.

Sa matérialisation, une aventure sonore.

Sa réalisation, une création musicale.

 

◼︎ SAMA ABDUL HADI, 25 ans, Ramallah (Cisjordanie)

Musicienne techno et sound designer,artiste emblématique de la scène underground palestinienne, Sama' (anciennement SkyWalker) est la première DJ à avoir importé le mouvement Techno à Ramallah. Elle a commencé à mixer en 2006 pour des soirées organisées autour de Ramallah, avant de produire sa propre musique, une techno percutante pétrie de deep house et d'expérimental, le tout avec un twist tout à fait personnel. Elle a vécu en Angleterre, où elle a décroché une licence en formation ingénieur du son et production de musique, puis au Caire où elle a été ingénieur du son et productrice de musique. Après plusieurs dates à Paris en 2016-17 au Petit Bain et à la Gaité Lyrique, Sama' est actuellement résidente à la Cité des Arts de Paris jusqu’à la fin de l’année 2017.

 

 

◼︎ DINA EL WEDIDI, 30 ans, Le Caire (Egypte)

Chanteuse, percussionniste et compositrice, s’initiant actuellement aux musiques électroniques, elle a aussi été chanteuse et actrice au sein de la compagnie El Warsha Theatre, troupe qui explorait le folklore égyptien ; elle s’est familiarisée avec le chant classique arabe au sein du groupe Habayebna, avant de développer à partir de 2011 sa propre musique, qui s’inspire de la variété égyptienne pour la traduire dans une forme originale et nouvelle, plus proche du jazz ; elle s’est produite en 2013 au Cairo’s Jazz Festival avec son mentor, le brésilien Gilberto Gil, qui lui a donné des conseils pour son futur premier album, sur lequel il collaborera en personne.

 

 

◼︎ AYED FADEL, 28 ans, Haifa (Israël)

Rappeur, acteur, musicien, auteur-compositeur et cinéaste palestinien (ayant la double nationalité palestinienne et israélienne), est un activiste culturel depuis plusieurs années impliqué dans plusieurs ONG qui promeuvent l’identité palestinienne sous l’occupation pour maintenir la communauté palestinienne d’Haifa alerte et ouverte à la culture. Il a étudié le cinéma au Max Stern Academic College d’Emek Yizrael et à la New York University. Après avoir mené plusieurs projets artistiques à l’étranger, notamment aux Etats-Unis et en République Dominicaine, il est revenu vivre à Haifa et a y cofondé Jazar Crew, association qui se consacre à l’éducation culturelle et artistique à travers la musique en Palestine. Il collabore activement à plusieurs manifestations, dont le Haifa Independent Film Festival qu’il a co-fondé, le Fawda project, Mukti Gathering et Kabareet Music and Arts. Il se produit en tant que rappeur en organisant de nombreux concerts dans sa ville et en Palestine, et a joué dans le film Junction 48.

 

 

◼︎ MAYA KHALIDI, 29 ans, Jérusalem-Est

Chanteuse a capella (chant lyrique, jazz, folklore palestinien), actuellement en préparation de son master «Musique et Education» à Londres, palestinienne née à Jérusalem, elle a obtenu sa Licence de Musique en performance vocale au Berklee College of Music, puis est revenue à Ramallah pour enseigner au Conservatoire National de Musique d’Edward Said (ESNCM) dans des classes de théorie de la musique et dans un programme de chorales communautaires. Aujourd'hui à Londres, elle poursuit son Master en Direction Musicale à Guildhall School of Music and Drama. Khalidi prend plaisir à chanter avec plusieurs groupes musicaux et à découvrir continuellement de nouveaux processus créatifs et collaboratifs. A Ramallah, elle travaille avec le groupe a capella Istiwanat, et à Londres, avec le groupe Mondryyan.

 

 

◼︎ RASHA NAHAS, 20 ans, Haifa (Israël)

Chanteuse et guitariste, compositrice, partageant la même situation de double nationalité très complexe dans la région, elle a positionné sa musique entre les résonnances du rock et les stridences du free jazz, agrémentant sa technique de guitare classique d’un son électrique dissonant, avec un penchant prononcé pour la narration intimiste et une poésie hardie et intransigeante. En 2016, elle a sorti « Am I », un premier EP enregistré entre l’Angleterre et le Moyen-Orient produit par Mark Smulian. Elle vient de réaliser une tournée de concerts en Europe (juin 2017) dont le Glastonbury Festival, tout en préparant son premier album.

 

◼︎ YOUMNA SABA, 32 ans, Beirut (Liban)

Musicienne (chanteuse, guitariste et joueuse d'oud, effets sonores) et auteure-compositrice, Youmna Saba a démarré sa carrière musicale en 2006, et a déjà sorti trois albums à ce jour (Njoum, 2014, Hal Bint Aabalha Tghanni, 2011, Min Aafsh el Beit, 2008).Ses derniers travaux traitent des relations entre l’écriture des chansons et la narrativité. Elle présente actuellement son projet “Arb’een” en solo; des chansons écrites pour voix, oud et guitare. Youmna a collaboré avec plusieurs musiciens, notamment l’anglais Mike Cooper, le libanais Fadi Tabbal, la coréenne Kyungso Park, et le compositeur polonais Piotr Kurek. Elle a participé à plusieurs résidences d’artistes : Sound Development City (Espagne, Maroc, 2016), Gyeonggi Creation Center (Coré du Sud, 2013), OneBeat (Etats Unis, 2012). Elle est titulaire d’un magistère en musicologie à l’Université Antonine à Baabda (Liban), où elle assure des cours et effectue sa recherche sur le parallélisme entre l’art visuel et la musique dans le cadre des arts traditionnels arabes.

 

SODASSI

Conception et direction artistique de Kamilya Jubran.

Avec Sama AbdulHadi, Youmna Saba, Maya Khalidi , Ayed Fadel, Dina El Wedidi, Rasha Nahas

Une production de Zamkana

En coproduction avec La Dynamo de Banlieues Bleues, Pantin et de FGO-Barbara, Paris.

En partenariat avec la Cité internationale des arts de Paris.

Avec le soutien du Ministère de la culture-Drac Ile de France, de la Ville de Paris, de l’Institut français de Beyrouth au Liban, des fondations AFAC (Arab Fund for Arts and Culture), E.C.ART Pomaret, Stavros Niarchos Foundation, du CNV, de la SPEDIDAM, de l’#ADAMI #CopiePrivee (L’Adami gère
et fait progresser les droits des artistes-interprètes en France et dans l monde. Elle les soutient également financièrement pour leurs projets de
création et de diffusion).

 


 

 

 

 

Crédit photo : © YOUMNA SABA