RencontreExposition

Samedi

7 octobre

10h30 > 12h30

Réunion publique du collectif Suspended spaces

SUSPENDED SPACES

Colonisation

Le collectif Suspended spaces a été invité par Kader Attia à organiser une exposition à la Colonie, à l'automne 2018.

Cette exposition sera pensée autour d’un titre volontairement provocateur : Une exposition coloniale

 

 

 

 

Il s’agit de faire se confronter nos travaux respectifs à un croisement suffisamment dangereux et électrique pour les préciser, les interroger, les faire résonner les uns les autres. Le mot « colonie » est névralgique car il dessine une zone peu confortable pour des artistes comme pour des chercheurs. Ce risque et cet inconfort affrontés collectivement et très pragmatiquement, en rapprochant un mot et un lieu, peuvent susciter de l’énergie, des idées, des formes complexes. Un mot et un lieu, La Colonie, qui engagent à une (ex)position politique.

Nous avons proposé une série de rendez-vous avec un groupe de chercheurs et d’artistes pour faire de l’organisation de cette exposition, l’objet d’une élaboration collective et publique et rendre visible une phase préparatoire. Montrer ? Que montrer ? Comment montrer ? Pour qui ? Il s’agira d’inventer une forme spécifique au lieu qui nous accueille et aussi une méthodologie particulière, discutée, négociée, partagée avec chacun des participants ; ne pas concevoir seulement une exposition mais une recherche sur l’exposition.

« La pertinence du projet Suspended spaces à La Colonie est sans aucun doute la nécessité d'inventer une autre manière de re-travailler tous ensemble les questions laissées en suspens ces trois dernières décennies dans la sphère publique quant à notre rapport à l'émotion (et à la forme) dans la narration politique contemporaine. Qu'est-ce qu'une exposition « en train de se penser et de se faire », si ce n'est une constante mise à l'épreuve de notre perception du réel et notre capacité à la partager avec le public ? Ce champ fondamental de l'émotion, abandonné après avoir été au centre de l'appropriation des débats publics et activistes de la fin des années 60 jusqu’au début des années 80, est quasiment devenu une chimère aujourd'hui, errant d'une bouche à l'autre des vindictes du populisme. » (Kader Attia)